Deprecated: Hook custom_css_loaded is deprecated since version jetpack-13.5! Use WordPress Custom CSS instead. Jetpack ne prend plus en charge le CSS personnalisé. Lisez la documentation WordPress.org pour savoir comment appliquer des styles personnalisés à votre site : https://wordpress.org/documentation/article/styles-overview/#applying-custom-css in /var/www/html/sargasses.mio.osupytheas.fr/wp-includes/functions.php on line 6078
[Jour 19] Plus de plastique que de plancton… – Expéditions Sargasses
Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /var/www/html/sargasses.mio.osupytheas.fr/wp-content/plugins/wp-social-sharing/includes/class-public.php on line 81
[Jour 19] Plus de plastique que de plancton…

[Jour 19] Plus de plastique que de plancton…


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /var/www/html/sargasses.mio.osupytheas.fr/wp-content/plugins/wp-social-sharing/includes/class-public.php on line 81

Aucune tempête en vue finalement, l’Antéa a donc poursuivi son chemin pour atteindre son point le plus au Nord et la dernière station de l’équipage dans la mer des Sargasses. Un demi-tour et le navire entame le chemin du retour jusqu’à la Guadeloupe. L’eau est très bleue, presque trop bleue, ici elle est en effet oligotrophe : les filets à plancton récoltent plus de débris de plastique que de plancton…

Jean nous raconte :

« Dans le grand gyre de la Mer des Sargasses les déchets plastiques et les algues brunes sont concentrés. On trouve des tas de déchets plastiques dont des macrodéchets : sacs poubelle, débris de balles en plastique de grande taille, morceaux couleurs variées… On trouve aussi des microdéchets de quelques millimètres que l’on récolte par filtration. Mes filets à plancton sont certainement, en poids, plus riches en plastique qu’en plancton. J’ai retiré tout a l’heure des débris bleu et orange… »

Plus de plastique et peu de Sargasses donc à cet endroit. Les marins ont donc prêté main-forte aux scientifiques pour récupérer quelques algues brunes grâce à une nouvelle technique : la pêche à la traîne ! Le constat est sans appel, il a fallu filtrer 44 litres d’eau de mer pour avoir suffisamment de matière pour faire les analyses. Il y a quelques jours, seulement 16-20 litres suffisaient…

Mathilde nous donne plus d’informations sur l’étude de la présence des plastiques.

Plastique récupéré à l’épuisette
© Sandrine RUITTON
Les commentaires sont clos.